Politique – Publié le 04 novembre à 22:10 – Mis à jour le 04 novembre 2017 à 22:12

Pour DSK, il est "temps que le PS disparaisse"

Pour DSK, il est "temps que le PS disparaisse" «
Play

Plusieurs milliers de manifestants réuni...

»
Play

Un marathon de New York placé sous très...

Dominique Strauss-Khan a accordé une interview en marge de la World Policy Conference de Marrakech. Il y a notamment annoncé la mort du PS, qui doit selon lui laisser la place à une nouvelle force politique.

Depuis le scandale du Sofitel de New-York, puis du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Khan s’est fait discret. Absent dans les médias et sur la scène politique, il n’en a pas moins gardé un réseau d’influence conséquent, en France et à l’étranger. À Marrakech, l’ancien patron du FMI a ainsi assisté à la World Policy Conference et y a donné une rare interview.

Interrogé par un journaliste du britannique « The Economist », Dominique Strauss-Khan a frappé fort contre son ancien clan, le parti socialiste. Pour l’ancien ministre, pourtant candidat désigné du PS à la présidentielle de 2011, l’historique parti à la rose n’a plus d’avenir. « Ce parti qui est le mien, et je le dis avec un peu de tristesse, n’a pas su accompagner la mondialisation, n’a pas su se transformer au moment où le monde se transformait », a-t-il déclaré. « Il est temps qu’il disparaisse et qu’une autre force, peut-être avec certain de ses membres, apparaisse », a-t-il poursuivi.

La mort du PS, Dominique Strauss-Khan l’impute, en partie du moins, à l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée. « L’élection d’Emmanuel Macron a créé un tremblement de terre dans la politique française (…) le temps est venu de renouveler le centre-gauche français », a-t-il plaidé.

Et l’ancien ministre de l’Économie de donner, dans la foulée, quelques conseils au jeune président. « Macron, il est ni gauche ni droite. Je voudrais qu’il soit et gauche, et droite. (…) Si Emmanuel Macron saisit bien sa chance, il peut faire en cinq ans beaucoup de changements en France qui n’ont pas existé pendant les trente dernières années », a-t-il assuré. 

Article rédigé par la rédaction web CNews