Politique – Publié le 04 juillet à 09:05 – Mis à jour le 04 juillet 2017 à 09:37

Coralie Dubost (LREM) : "Nous avons un président qui préside, qui donne de grandes orientations, c'est loin d'être flou"

Coralie Dubost (LREM) : "Nous avons un président qui préside, qui donne de grandes orientations, c'est loin d'être flou" «
Play

Didier Guillaume (PS) : "Les Républicain...

»
Play

La coalition ouvre des brèches dans le m...

Coralie Dubost était l'invitée de Jean-Pierre Elkabbach mardi 4 juillet. La vice-présidente du groupe LREM à l'Assemblée nationale défend le discours tenu par Emmanuel Macron au Congrès lundi, jugé "flou" par l'opposition.

Emmanuel Macron tenait lundi son premier discours face aux parlementaires réunis en Congrès à Versailles. Le rendez-vous, très attendu par les nouveaux députés fraîchement élus, était vu d’un œil très critique par l’opposition, agacée que le président de la République grille la politesse à son Premier ministre, Édouard Philippe, qui doit tenir son discours de politique générale ce mardi. Durant une heure et demie, Emmanuel Macron a énoncé ses priorités pour le quinquennat, sans rentrer dans les détails des mesures qu’il souhaite mettre en place. Un "flou" dénoncé par la droite et la gauche dès la sortie du Congrès.

Un discours "loin d’être flou"

Invitée sur CNEWS ce mardi matin, Coralie Dubost se défend de toute hésitation dans le discours d’Emmanuel Macron. "Nous étions sur un discours qui avait beaucoup de hauteur, qui était quasiment philosophique, une vision, un cap. Nous avons un président qui préside, qui donne de grandes orientations, c’est loin d’être flou", assure la vice-présidente du groupe LREM à l’Assemblée nationale. "Il faut élever le débat, et je pense qu’il l’a suffisamment dit hier et c’était important, restaurer la dignité du débat public", ajotue-t-elle.

La proportionnelle,une punition ?

Parmi les grandes lignes qu’Emmanuel Macron a dessiné au cours de son discours, le chef de l’État a redit sa volonté d’introduire une "dose de proportionnelle" à l’Assemblée et de réduire le nombre de parlementaires. Une déconvenue pour les députés fraîchement élus de La République en Marche ? "Bien évidemment qu’il ne s’agit pas d’une punition, assure Coralie Dubost. C’est tout à fait cohérent (…) il y a énormément de parlementaires mais en revanche les équipes sont très restreintes. Puisque nous avons pour objectif d’être dans l’efficacité, nous voulons beaucoup de réalisme et nous voulons que les choses avances (…) il nous faut des équipes solides", fait-elle valoir. 

Article rédigé par la rédaction web CNews