Isolés du reste de l'île par la maladie et, surtout, par le regard de ses contemporains, les malades de la lèpre à Madagascar vivent reclus dans des centres. La maladie a fait d'eux des parias à perpétuité.