Afrique du Sud – Publié le 10 février à 21:39 – Mis à jour le 14 février 2015 à 22:46

Il y a 25 ans, Nelson Mandela retrouvait la liberté

Il y a 25 ans, Nelson Mandela retrouvait la liberté «
Play

Bébés échangés il y a 20 ans : les famil...

»
Play

Le Parlement grec vote la confiance au P...

Il y a 25 ans, Nelson Mandela retrouvait la liberté

Le 11 février 1990, Nelson Mandela était libéré après 27 années d'incarcération en Afrique du Sud. Un événement planétaire qui avait fait naître l'espoir d'une réconciliation nationale.

Il y a 25 ans jour pour jour, le 11 février 1990, le leader emblématique de la lutte contre l'apartheid, Nelson Mandela, retrouvait enfin la liberté après 27 années d'incarcération, dont près de 18 passées entre les murs du tristement célèbre pénitencier de Robben Island, situé sur l'île éponyme au large du Cap (Afrique du Sud). 

Retrouvant un pays déchiré par la haine raciale, le plus dur commençait alors pour celui qui avait fait le choix, en prison, de s’engager sur la voie de la réconciliation et de la négociation avec ses ennemis de toujours, partisans de la ségrégation raciale. Un long chemin tortueux et semé d'embûches qui allait toutefois le conduire 4 ans plus tard à devenir le premier président de la "nation arc-en-ciel", telle que l'avait rêvée son grand ami, l'archevêque Desmond Tutu.

Libéré mais pas délivrés

Avant même que Frederik De Klerk l'eut annoncé officiellement le 2 février 1990, la libération de Nelson Mandela ne faisait plus guère de doute à l'entame de la dernière décennie du XXe siècle, tant celle-ci était devenue la condition sine qua non à la résolution du terrible conflit civil qui menaçait le pays, déjà meurtri par près de 45 ans d'apartheid. 

A peine libéré de sa résidence surveillée de Victor Verster, dans laquelle il avait été assigné 2 ans auparavant, Mandela va se frayer un chemin à travers la foule nombreuse - venue l'accueillir lui et sa femme Winnie - avant de prononcer un discours depuis le balcon de l'hôtel de ville du Cap. Ses mots restés célèbres annoncent son intention de négocier la paix avec la minorité blanche, mais le leader historique de l'ANC n'appelle pas pour autant à renoncer à la lutte armée. Comme pour mieux rappeler que la route était encore longue. 

Alors que la situation empire de jour en jour et fait craindre une véritable guerre civile entre les militants pro-apartheid, ceux de l'ANC et du parti de l'Inkhata, "Madiba" va alors changer son "fusil" d'épaule en s'engageant clairement sur la voie de la pacification, exhortant les siens "à jeter leurs armes à la mer", le 26 février. Un tournant qui marquera le début d'un long et douloureux processus de paix, lequel aboutira dans un premier temps au démantèlement de l'apartheid puis à l'élection de Mandela en 1994. Mais ceci est une autre histoire.

Le 11 février 1990, Nelson Mandela humait de nouveau le parfum de la liberté sans jamais abaisser son poing, telle une garde de défense - lui le "vieux" boxeur - un poing serré qu'il continua de brandir avec force, afin de rappeler à tous que son éternel combat ne faisait que commencer.

Mathieu D'Hondt @DHondtMathieu - Crédits photos © AFP