Pour la deuxième fois en deux jours, Nantes se réveille au bruit des lances à incendies et des sirènes de pompiers. Depuis le petit matin, les agents tentent d'effacer les stigmates d?une nuit de violence inouïe. Dans plusieurs quartiers de la ville, les habitants ont affrontés les forces de l'ordre une large partie de la nuit du 4 au 5 juillet 2018. Des voitures ont été brûlées, des bâtiments dégradés, et du mobilier urbain est hors d'usage. Les dégâts sont nombreux au réveil. Certains habitants ne cachent pas leur colère. A l'origine de ses dégradations, des affrontements violents entre les forces de l'ordre et une centaine de jeunes choqués par la mort d'Aboubakar F, un jeune homme de 22 ans tué lors d'un contrôle d'identité mardi 3 juillet 2018. Selon la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, 19 personnes ont été placées en garde à vue dans la nuit. Le procureur de Nantes promet une enquête approfondie pour établir les circonstances de la mort du jeune homme. Un sujet de Charlotte Onfroy-Barrier, Fabrice Elsner et Michael Chaillou.