France – Publié le 30 juin à 08:20

Plus d'une personne LGBT sur deux a déjà été victime d'agression

Plus d'une personne LGBT sur deux a déjà été victime d'agression «
Play

Pic de chaleur : cet Ehpad bichonne les...

»
Play

Match France-Argentine : ambiance tendue...

Aujourd?hui a lieu la Gay Pride de Paris. Un défilé de quatre heures parcouru, chaque année par en moyenne 500 000 personnes. Mais un sondage publié en milieu de semaine et présenté au Secrétariat d?Etat chargé de l?Egalité entre les hommes et les femmes dresse un triste bilan. Plus de la moitié des LGBT disent avoir été victime d?agressions. Arthur Lindon Un drapeau arc en ciel, symbole de la communauté LGBT. Depuis quelques jours, cette bannière s?est invité dans le quartier du Marais, qui concentre la majorité des bars et boites de nuits gays de la capitale. Mais milieu de semaine, l?un des passages piétons décorés pour la gay pride d?aujourd?hui, a été recouvert d?insultes à caractère homophobe. « 43% des homosexuels encore aujourd'hui en 2018 en France n'osent pas par crainte des agressions homophobes, des insultes, tenir la main de leur partenaire. Ce chiffre est un constat qui montre que la lutte contre les discriminations est toujours un enjeu d'actualité.... » D?après un sondage réalisé par l?IFOP et transmis au Secrétariat chargé de l?Egalité entre les femmes et les hommes, plus de 50 % des personnes LGBT disent avoir été victimes d?agression. Viols, attouchements, menaces de révéler l?orientation sexuelle à des proches, et surtout insultes, font partis des faits répertoriés. « Pédés, gouines ou enculés+ ce sont les insultes parmi les plus prononcées, parmi les plus utilisées dans les cours de récréation, aujourd'hui en France. Parmi la jeune génération, il y a une persistance de ce que l'on appelle l'homophobie banalisée parce que les gens ne se rendent pas compte que employer le mot +pédé+, employer le mot +gouine+, ce sont des mots qui font référence à des insultes à caractère homophobe et que les victimes d'homophobie, les homosexuels en général prennent ces mots pour eux et sont atteintes dans ce qu'ils sont et ce qu'elles sont » En 2017, le nombre d'actes homophobes à augmenté, et ce, pour la deuxième année consécutive.