Santé – Publié le 08 octobre à 20:19 – Mis à jour le 08 octobre 2015 à 21:51

L'Etat débloque 15 millions d'euros pour les personnes handicapées

L'Etat débloque 15 millions d'euros pour les personnes handicapées «
Play

​Trois détenus se sont évadés en permiss...

»
Play

Une application citoyenne pour lutter co...

L'Etat débloque 15 millions d'euros pour les personnes handicapées

Dès 2016, le gouvernement débloquera 15 millions d'euros pour les personnes en situation de handicap. L'objectif : éviter leur départ vers la Belgique, territoire d'accueil privilégié pour les personnes handicapées françaises.

A ce jour, plus de 1.500 enfants et 4.500 adultes français en situation de handicap sont accueillis dans des établissements belges. Ces départs s'expliquent en partie par un manque de solutions adéquates en France, notamment pour les personnes en situation complexe de handicap, a indiqué jeudi le ministère des Affaires sociales.

Alors, pour tenter de mettre un terme à ces départs, la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine et la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées Ségolène Neuville "ont décidé de dédier 15 millions d'euros pour offrir à chacun et à chacune une solution adaptée à ses besoins et ses attentes près de chez lui".

Cette enveloppe complétera les crédits prévus par ailleurs pour créer des places, précise le ministère.

"Mettre un terme aux situations douloureuses"

"Ces 15 millions d'euros supplémentaires permettront de trouver des solutions concrètes, adaptées et, surtout, de proximité", a souligné Marisol Touraine, citée dans le communiqué : 

C'est un engagement que l'État français se devait d'honorer, pour mettre un terme aux situations douloureuses que vivent de trop nombreuses familles.

Trois solutions ont été privilégiées : interventions directes de professionnels spécialisés au domicile, renforts de personnels dans les établissements médico-sociaux de proximité et création de places sur mesure dans des établissements et services médico-sociaux.

Ces solutions pourront être mises en oeuvre grâce à une mesure introduite dans le projet de loi de modernisation du système de santé. Celui-ci permet aux personnes concernées et à leur famille de construire, en lien avec les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), un plan d'accompagnement global en cas de risque de rupture de parcours, explique le ministère.

En 2005, une loi prévoyait déjà que les établissements et les commerces accueillant du public devaient s'aménager pour permettre l'accès aux personnes à mobilité réduite. Mais, dix ans après la naissance du projet de loi, seulement 40 % de ces lieux en sont équipés. 

Un dispositif expérimenté dans 22 départements volontaires

Avant même l'adoption de cette nouvelle loi, ce dispositif sera expérimenté dans 22 départements volontaires.

Cette enveloppe de 15 millions "va dans le bon sens, mais c'est notoirement insuffisant par rapport à l'ampleur des besoins", a réagi auprès de l'AFP Thierry Nouvel, directeur général de l'Unapei, fédération française d'associations de défense des intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles.

"Outre les plus de 6.000 qui sont en Belgique, énormément de personnes handicapées attendent des places dans notre pays", poursuit-il.

L'Assurance maladie finance environ 3.000 places pour les enfants et adultes français ayant des solutions médicalisées en Belgique. Plus de 3.000 autres sont financées par les départements, soit au total 250 millions d'euros financés par la France, explique M. Nouvel.

Ségolène Neuville a par ailleurs assuré que le ministère veillerait "à la bonne mise en oeuvre de l'accord franco-wallon" entré en vigueur en mars 2014, permettant aux inspecteurs français de contrôler, avec leurs homologues wallons, les centres hébergeant des ressortissants français en Belgique.

Rédaction web de CNews avec AFP / Crédit photo : Jonh Loo via Flickr