Il y a eu mardi des manifestations dans de nombreuses villes de France à l?appel de syndicats, mais surtout devant la centrale thermique à charbon de Cordemais entre Nantes et Saint-Nazaire. Les syndicats redoutent la fermeture de la centrale, une promesse électorale du candidat Macron devenu président fervent défenseur de la transition écologique. Un projet de fermeture que ne comprendraient pas les 360 agents EDF du site qui depuis 3 ans travaillent à un nouveau combustible plus écolo que le charbon.