En annonçant la nationalisation temporaire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, l'Etat fait jouer son droit de préemption. Objectif : négocier « un bon accord » avec l'Italie et le groupe italien Fincantieri qui souhaite devenir majoritaire. Une annonce diversement appréciée.