Le constructeur automobile PSA a annoncé lundi qu'il préparait son retrait d'Iran. PSA, dont les marques Peugeot et Citroën avaient formé des sociétés communes en Iran, a annoncé dans un communiqué avoir «commencé le processus de suspension des activités de ses JVs (joint-ventures, ndlr), afin de se conformer à la loi américaine d'ici le 6 août 2018». Pour PSA, un retrait de ce pays, s'il se confirme, constituerait un revers majeur. Le groupe avait vendu l'an dernier 444.600 véhicules en Iran, où il est traditionnellement bien implanté. Il s'agissait l'an dernier de son premier marché étranger devant la Chine (382.800 unités), le Royaume-Uni (279.100), l'Italie (265.200) et l'Allemagne (257.800). Sans l'Iran, l'objectif proclamé par le PDG Carlos Tavares de dépasser cette année la barre des 4 millions de véhicules écoulés, serait compromis alors qu'il était à portée de main grâce au rachat d'Opel/Vauxhall bouclé durant l'été 2017.